The Industrial City Deconstructed

[vimeo]http://vimeo.com/13787210[/vimeo]

Détroit: Ville Sauvage (Detroit Wild City), film de Florent Tillon (2010), présente de façon particulièrement poétique et imagée la réversibilité du processus d’urbanisation. Dans le cas très précis de Détroit, il s’agît d’un phénomène directement lié à la baisse de production dans l’industrie automobile américaine et des pertes d’emplois qui sont une conséquence directe des déboires dans cette industrie.

Les quartiers anciens de la ville – ainsi que certaines banlieues – sont laissés à l’abandon, vidés de leurs habitants. Plusieurs tours anciennes du centre-ville sont en attente d’un preneur et d’une nouvelle occupation. D’autres sont simplement détruites… Une attention particulière à été porté aux sonorités ambiantes, ce qui plonge le spectateur dans un environnement sonore particulièrement persistant, qui marque.

Quel est le destin des mégapoles en perte de vitesse? Quel est l’avenir du mode d’urbanisation nord-américain? Peut-on sauver ces témoins de notre passé industriel, lorsque les ressources financières se font rares? Quelle est la valeur – et le sens – de notre banlieue, si la ville centrale disparait?

Le débat devient particulièrement sensible lorsque nous voyons ces édifices particulièrement éclatants dans leur architecture classique – telle que la Michigan Central Station – désertés et menancants.

Le propos devient rapidement direct et percutant, lorsque nous voyons ces citoyens s’armer de masses et démolir ces maisons abandonnées, une par une, dans une ville dont les quartiers anciens ne sont souvent plus qu’un souvenir. Au mieux un espace récupéré pour l’agriculture ; au pire un danger pour les usagers, meurtres et incendies faisant ravages.

Détroit est un symbole de déconstruction : un processus d’urbanisation inversé.

Et si cette situation touchait un jour Montréal, Boston ou New-York, qu’advientrait-il de nos modes de vie et de notre patrimoine, vaste souvenir identitaire collectif?

Quel est l’avenir de la ville industrielle?

Il faudrait croire que le futur repose désormais non pas sur l’industrie, ni même sur les services financiers qui sont davantage là pour la structurer, mais sur la capacité des individus de se ressaisir, dans la misère, et de générer des idées nouvelles.

Aussi — et surtout — ce futur parle de résignation : le mode de vie américain, vague promesse bientôt centenaire, doit bel et bien être laissé derrière nous.

Comme ces citoyens de Détroit — ville à recréer — qui marchent d’un pas lourd, une masse à la main, en quête d’une nouvelle Amérique, d’un nouveau rêve à caresser…

Source de l’affiche : www.ame.umontreal.ca
This entry was written by Daniel Corbeil , posted on Wednesday October 06 2010at 04:10 pm , filed under Film, Society and Culture, United States, Video and tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink . Post a comment below or leave a trackback: Trackback URL.

One Response to “The Industrial City Deconstructed”