La dignité d’un Portugal en tutelle

Chronique d’un court séjour au Portugal, sur fond de crise économique…

C’est dimanche, mi-février 2012. Comme les quelques touristes perdus dans une Lisbonne hivernale, je profite de la journée pour aller visiter Belem et son fameux monastère. Débarquant à la station Cais-do-Sodré, je découvre cette marée humaine qui domine les rues, les monuments, les rails. Impossible de parvenir à Belem, et j’en profite pour faire le tour de cette scène et essayer de comprendre ce qui se passe.

C’est que les lisboètes, comme biens d’autres, ont un ras le bol des mesures d’austérité décrétées par le nouveau gouvernement en place. C’est vrai que depuis ma dernière visite, début 2006, les prix ont explosé. Certainement, une taxe de 23 % sur la restauration n’aide en rien et nombre de petits bistros n’arrivent tout simplement plus à survivre.

Malgré tout, c’est dans une ambiance bon enfant et dans le plus sincère respect que plus de 100 000 portugais sont descendus dans les rues de la Baixa, cet ancien quartier commercial dessiné par Pombal suite à 1755, et emplis la très vaste place du commerce, en front de “mer”.

This entry was written by Daniel Corbeil , posted on Friday February 24 2012at 03:02 pm , filed under Europe, Politics, Society and Culture and tagged , , , , . Bookmark the permalink . Post a comment below or leave a trackback: Trackback URL.

Comments are closed.